Serge Marquis : Le jour où je me suis aimé pour de vrai

Like
Like Love Haha Wow Sad Angry
5

Ça fait un moment que je veux écrire sur ce livre, mais le temps m’a manqué ces dernières semaines.
Pour autant je me rattrape aujourd’hui ! Je vais te parler de ce roman de développement personnel qui a retenu mon attention, m’a fait passer du rire aux larmes, m’a touché et m’a amené à une vraie réflexion philosophique.

En quelques mots

  • Genre : Roman de développement personnel
  • Nombre de pages : 278
  • Ma note : 18/20 – A lire

Synopsis

« Maryse du Bonheur, éminente neuropédiatre, cherche désespérément la reconnaissance. Par ses questions philosophiques et existentielles, son fils de 9 ans, Charlot, la pousse dans ses derniers retranchements. Pour répondre à ses questions, Maryse abandonne son autosatisfaction et se dépouille de ses certitudes. »

L’auteur

Serge Marquis est un psychiatre québécois. Il est née en 1953 et à étudié en parti à Londres.

Il s’intéresse particulièrement à la santé mentale au travail (stress, épuisement professionnel, détresse psychologique au travail, …). Il a étudié la perte de sens, la soif de reconnaissance et le rapport complètement névrosé qu’a l’homme moderne avec le temps.

Il est co-auteur de « On est foutu, on pense trop ! », best-seller au Québec (sous un autre titre). En 2016 il écrit seul son premier roman « Le jour où je me suis aimé pour de vrai » (« Egoman » au Québec).

Mon avis

Pour être très honnête, j’ai ouvert ce livre avant tout par curiosité mais aussi par envie d’apprendre un peu plus sur l’humain et sa psychologie. C’est un domaine qui m’intéresse et je trouve que les romans de développement personnel, quand ils sont bien fait, sont un très bon support pour approfondir certains sujets. D’abord parce qu’ils sont bien plus légers à lire que les livres de psychologie, ensuite parce qu’ils jouent sur l’empathie pour faire passer un message et donc vous reconnaîtrez que déjà le concept c’est de jouer avec notre cerveau et nos émotions (ils sont forts ces psy 😃).

Ce roman rentre complètement dans cette catégorie de livre. Mais attention, il faut quand même s’accrocher un peu au début parce qu’on rentre direct dans le vif du sujet !

Le concept de l’égo

Voilà le thème principal de cette lecture. Le titre n’est pas forcément très explicite mais on parle avant tout de ce qu’est l’égo.  Ça part d’une question presque innocente d’un petit garçon à sa mère. Et déjà dès les premières pages, à travers cette question, on s’interroge soi même sur ce qu’on pense être l’égo. Qu’aurait on répondu à ce petit garçon ? Et là c’est la première claque pour moi. J’étais incapable de répondre clairement à cette question. Pourtant, qu’on le veuille ou non, l’égo fait partie de notre identité et de notre quotidien.

Au fil du livre, à travers les maux des personnages et grâce aux réponses et conseils du personnage du psychiatre, une définition ou plutôt des définitions se profilent !

Et l’orgueil là dedans ?

Je crois qu’on parle souvent d’égocentrisme et d’égoïsme mais qu’on laisse de côté un sujet qui a mon sens y est lié : l’orgueil. Indirectement ce roman traite de l’orgueil sans jamais le dire clairement. Pourtant tout une partie du livre parle de notre besoin d’être reconnue, d’être meilleur que les autres et quelque part d’être admiré. Pour moi c’est complètement le sujet de l’orgueil qui est alors traité. Étroitement lié à l’égo certes mais à mon sens, c’est le trop plein d’orgueil qui fait de notre égo un ennemi et non un allié.

Je trouve donc dommage que le livre n’appuie pas plus sur ce point, n’en donne pas la définition et ne cherche pas à le distinguer de l’égo.

Alors, comme ça a manqué à ma lecture, je vous donne les définitions 😉

L’ego désigne la représentation et la conscience que l’on a de soi-même. Il est considéré soit comme le fondement de la personnalité (notamment en psychologie) soit comme une entrave à notre développement personnel (notamment en spiritualité).

L’orgueil est une opinion très avantageuse, le plus souvent exagérée, qu’on a de sa valeur personnelle aux dépens de la considération due à autrui, à la différence de la fierté qui n’a nul besoin de se mesurer à l’autre ni de le rabaisser. C’est un manque ou une absence d’humilité, et selon le philosophe Théophraste, le mépris de tout, sauf de soi-même.

Et vous qu’en pensez vous ? Est ce l’orgueil ou l’égo qui est dangereux pour soi ?

Profiter de l’instant présent

Voilà un autre thème que ce livre aborde. Finalement dans le livre, les épreuves de la vie que traversent les personnages leurs font comprendre que notre égo (notre besoin d’exister à travers les yeux des autres et de soi même) nous empêche de vraiment profiter de la beauté des instants que nous vivons. Je ne sais pas pour vous, mais moi cette réflexion a totalement fait écho à ma vie. Il y a un paradoxe immense dans notre société entre le besoin de vivre un maximum d’expériences incroyables et le besoin de capturer et d’immortaliser ces moments pour ne pas les oublier. A vouloir la plus belle photo du paysage que l’on a en face de soi, n’oublions nous pas de profiter du spectacle de la nature ? Sommes nous pleinement a ce que l’on vit ? Sommes nous déjà dans l’instant suivant ? Est ce que tout ça ne nous renvoie pas à une peur du temps qui passe ?

Plein de questions fusent dans ma tête, et franchement je n’ai pas de réponse. Il y a en moi ce besoin de capturer les beaux moments de vie pour me souvenir dans les moments moins chouettes. Mais en même temps l’envie de vivre pleinement ces beaux moments …

L’amour viscéral

Je ne peux finir cet article sans parler de l’amour présent dans ce livre. Après tout c’est un roman. Évidemment il y a des histoires dans les histoires. De très belles histoires d’amour et de tolérance. L’amour d’une mère pour son fils, l’amitié forte des enfants, l’amour de son métier, la pureté des amours d’adolescents… Les histoires s’enchaînent au fur et à mesure des rebondissements et de l’avancé des découvertes sur l’égo. Le message entre les lignes est que l’égocentrisme laisse peu de place à l’amour des autres.

 

Je crois que tu auras compris que ce livre est une mine d’or. Et je n’ai pas parlé de l’attachement aux personnages. On aimerait tellement savoir ce qui se passe ensuite. La dernière page a un goût de trop peu. Peut être parce que nous n’avons pas trouvé toutes les réponses à nos questions en refermant le livre …

Si tu l’as lu ou si tu envisages de le lire, partage avec moi ton avis en commentaire, j’ai très envie de savoir ce que tu en penses ! 

Like
Like Love Haha Wow Sad Angry
5
About

No Comments

Leave a Comment